Top
Méditation : pratiquez avec le corps ! - Stress et méditation
fade
4644
post-template-default,single,single-post,postid-4644,single-format-standard,eltd-core-1.0,flow-ver-1.0.1,eltd-smooth-scroll,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1300,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,eltd-dark-header,eltd-header-style-on-scroll,wpb-js-composer js-comp-ver-4.9.2,vc_responsive
Stress et méditation / Méditations  / Pratique formelle  / Méditation : pratiquez avec le corps !

Méditation : pratiquez avec le corps !

La méditation est trop souvent considérée comme une pratique spirituelle. Elle en est une, incontestablement. Mais la spiritualité passe par le corps physique…

 

Unir le corps et l’esprit : s’il devait y avoir une finalité de la médiation, ce serait celle-ci. D’aucuns pensent qu’il n’existe pas de finalité à la méditation : s’asseoir pour méditer sans vouloir quoi que ce soit… Pendant la méditation (tout au moins au début !), l’esprit vagabonde : il va et vient entre le futur et le passé, entre supputations et regrets, prévisions et remords… Et s’attarde de temps en temps sur le présent ! C’est sa nature. De nombreuses techniques existent, proposant différents objets de méditation : récitation d’un mantra, focalisation sur objet extérieur, visualisation mentale d’un objet, etc. En se concentrant ainsi sur une seule chose à la fois, les messages traités par l’esprit se réduisent, le métabolisme se régule, la vie organique s’améliore. L’esprit se repose, se calme et finit – petit à petit ! – par s’apaiser.

Pour autant, la méditation sur la respiration possède – à mon avis – un grand avantage : l’objet de méditation –  en l’occurrence le souffle – demeure présent la vie durant, quelle que soit la situation. Cet objet de concentration naturel agit sur le corps (sensations de détente), sur les émotions (acceptation, régulation) et sur l’esprit : quand le corps se détend, le mental se calme, qui à son tour favorise la relaxation du corps, etc. Et la respiration est une méditation sur le corps, puisqu’il s’agit d’observer (et de ressentir)  l’air entrer et sortir du nez.

 

Revenir aux sensations

Certains imaginent la méditation comme un travail de réflexion, l’action de penser un sujet, à l’instar des moines méditant dans un cloître : un héritage occidental très éloigné de la pratique bouddhiste et zen. En réalité, l’« éveil » de l’esprit passe par le corps : en réintégrant celui-ci, le mental s’apaise, se rend disponible aux émotions, sensations, et même à son propre fonctionnement  par l’observation de sa nature erratique, vagabonde.

Loin des vagabondages de l’esprit, la méditation sur le souffle est un travail passant par le corps : retour aux sensations, aux émotions qui émergent pendant la pratique, observation des pensées sans se laisser disperser par elles, en revenant encore et toujours à cet objet de méditation. Peu à peu, l’esprit s’unit au corps. Ainsi entraîné, dans ma vie courante, lorsque j’agis, mon esprit « fait corps » avec, et quand je pense à un sujet, le corps participe à cette réflexion.

 

L’attention au corps en cas de stress

Bien souvent, face à un agent stressant, on se crispe, on rumine, on tempête, on jure, on râle, on colère… bref on tourne en boucle ! Car on reste dans son mental 😉 Une solution pour répondre (intelligemment) au stress ? Revenir aux sensations et aux émotions  parcourant le corps :  prenez-en conscience, observez-les, et observez votre respiration, attendez qu’elle s’apaise, détendez vos muscles… Et vous serez en mesure de prendre de meilleures décisions qu’en réagissant sur-le-champ, comme un réflexe. En cas de stress, le corps est votre meilleur allié !

 

Et vous, avez-vous déjà expérimenté vos sensations et émotions pendant une méditation ?

 

No Comments

Post a Comment

Translate »
})(jQuery)