Top
La méditation : un état réceptif - Stress et méditation
fade
4544
post-template-default,single,single-post,postid-4544,single-format-standard,eltd-core-1.0,flow-ver-1.0.1,eltd-smooth-scroll,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1300,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,eltd-dark-header,eltd-header-style-on-scroll,wpb-js-composer js-comp-ver-4.9.2,vc_responsive
Stress et méditation / Méditations  / La méditation : un état réceptif

La méditation : un état réceptif

Alors que l’essentiel de notre journée consiste à émettre des informations, la méditation nous permet d’inverser la tendance : observer, constater sans jugement, en toute bienveillance…  Bienvenu(e) dans le monde de la réceptivité !

 

Dès le réveil, la machine à penser se met en marche : tracas, soucis, préoccupations, peurs, besoins, désirs, etc. se pressent dans le champ de la conscience. Déjà des informations à analyser, classer, traiter, évaluer… Et puis, il faut se lever, se préparer, commencer sa journée, travailler, se confronter aux autres : émission, émission, émission d’informations pour effectuer toutes sortes d’activités. Après le travail, les courses, le transport pour revenir chez soi, peut-être des enfants, un conjoint avec qui partager, etc. Finalement, le temps consacré à soi est très réduit, voire inexistant ! Parfois le seul moment de réceptivité, c’est la télé ou un livre.  Et puis, on va se coucher… Et le lendemain ? On recommence la même rengaine, et la machine à penser reprend le dessus.

 

Réceptif, sans être passif

Cette description – à peine caricaturale – reflète la grande majorité des vies actives, citadines ou pas. On est pris, on s’est laissé prendre ! Depuis que je pratique la méditation quotidiennement, je m’aperçois à quel point il m’est essentiel de revenir – ne serait-ce qu’un instant – à une forme de réceptivité. Ne rien faire ! Ou plutôt laisser faire

S’asseoir, s’installer, sentir les points de pression du corps avec le sol, le tapis, le zafu ou la chaise. Et puis porter l’attention aux sensations présentes (le contact de mon corps avec les vêtements, l’air ambiant, noter d’éventuelles tensions corporelles…), observer ma respiration (juste l’observer sans rien y changer), constater le flux des pensées (sans m’y attacher), et revenir encore et toujours au souffle qui va et vient… Etre réceptif, même 5 minutes en pratiquant un STOP – avant de reprendre mes activités. Quelle chance, quel atout, quelle force !

La réceptivité s’installe plus facilement quand vous fermez les yeux : s’ouvre alors un espace intérieur – votre univers personnel loin des sollicitations visuelles, tellement nombreuses, si envahissantes… Ensuite, à chacun sa technique de méditation pour rester en contact avec son monde intérieur. L’essentiel : rester au plus près de soi, en acceptant tout ce qu’il advient et se présente.

 

Enlevons tout malentendu : la réceptivité n’est pas synonyme de passivité. Il faut en effet beaucoup de vigilance et de présence afin de ne pas se laisser embarqué, chaviré et envahir par les pensées qui surgissent à la conscience : notez ce qui vous a emporté loin d’ici, puis revenez aussitôt au moment présent, sans juger ni analyser leur contenu.

 

Stressé(e) ? Travaillez votre réceptivité

En plein stress, le mode émetteur est amplifié : un véritable feu d’artifices de pensées, de sensations, d’émotions. On est sur le qui-vive. On passe en mode combat, fuite ou inhibition. Sauf en cas de survie immédiate, ces schémas sont obsolètes ! Il est alors temps de se poser, de voir ce qui se passe réellement, de prendre du recul pour répondre au stress plutôt qu’y réagir inconsciemment. Prendre quelques instants pour fermer les yeux, constater ce qui se passe en soi, observer également combien de temps va durer tout ce jaillissement de pensées, d’émotions, de sensations. Passer en mode réception pour mieux appréhender la situation, retrouver ses esprits… Un état qui repose, apaise, reconstruit les dommages causés par le stress dans le cerveau et le corps.

 

“Plus facile à dire qu’à faire !!!” me direz-vous. Effectivement. Pour arriver à installer un état de réceptivité quand vous en avez besoin, il faut accepter de pratiquer régulièrement la méditation, comme un athlète, un musicien, un peintre, un jongleur… s’entraînent pour être prêt le moment voulu. 

Peu importe la pratique – méditation sur la respiration, sur le corps, sur les sons, yoga…, l’essentiel est de pratiquer chaque jour. Pas forcément longtemps, mais tous les jours. Avec une volonté tenace, mais avec douceur envers soi-même. Vous verrez, peu à peu cet état de réceptivité s’installera également dans votre quotidien, au delà du temps dédié à la méditation…

 

Et vous ?!?! Comment installez-vous un état de réceptivité pour vous ressourcer ?

No Comments

Post a Comment

Translate »
})(jQuery)