Top
Réduction du stress par un temps de pause
fade
4730
post-template-default,single,single-post,postid-4730,single-format-standard,eltd-core-1.0,flow-ver-1.0.1,eltd-smooth-scroll,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1300,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,eltd-dark-header,eltd-header-style-on-scroll,wpb-js-composer js-comp-ver-4.9.2,vc_responsive
Stress et méditation / Conseils  / « Pause et question »

« Pause et question »

« Pause et question »* inaugure une série d’articles sur des exercices destinés aux personnes (très) occupées. Ou comment prendre un peu de temps pour soi… quand on n’en a pas beaucoup ! L’exercice « Pause et question » prend 10 secondes à un minute. Vous pouvez le faire n’importe où, debout ou assis. Explications.

 

1/ Pause

Premier temps : la pause – arrêtez de faire et de parler. Détendez-vous.

Relâchez les muscles de vos épaules, desserrez vos mâchoires, détendez le pourtour des yeux, votre ventre et tous les endroits où vous ressentez des tensions (il suffit souvent de prendre conscience de chaque partie du corps pour qu’elle commence à se relâcher).

Alors que vous vous détendez, portez la plus grande attention à toutes les sensations émergeant de votre corps.

Elargissez votre attention au corps tout entier. Restez ainsi attentif, comme si vous écoutiez. Prenez 10 secondes (ou plus si possible) pour vous installer dans cette ambiance.

 

2/ Question

Second temps : posez-vous la question « Que se passe-t-il, maintenant ? »

Probablement, un flot de pensées émergeront dans votre esprit. SI tel est le cas, résumez ce flot en un seul mot comme « occupé », « impatient », « irritable », « tranquille », etc. Si, au lieu d’une pensée, vous éprouvez une émotion ou une humeur, trouvez le mot qui la qualifie le mieux.

Dans tous les cas, cette question émergeant à la conscience vous mettra en contact avec des pensées, des sensations ou l’envie de faire quelque chose. Elle pourrait même faire remonter une incertitude ! Vous pourrez y réfléchir plus tard.

L’essentiel est que cette question déplace l’attention vers la conscience. Prenez-en acte.  Ainsi, vous avez tourné votre regard pour observer votre esprit. Et ainsi, vous sentez ce qui se passe actuellement en vous en dehors de votre vécu plutôt qu’en y étant engagé ou immergé.

Pendant un moment, regardez ou plutôt écoutez ce que cette question met en lumière, au lieu d’essayer d’analyser ce que vous pensez ou ressentez. Evitez de juger vos pensées ou humeurs.

 

Ensuite, notez ce que cette question révèle  ( « occupé », « impatient », « irritable », « tranquille » ) et donnez-vous quelques instants pour rester dans cette ambiance, sans rien faire. Essayez de garder votre attention sur l’ensemble de votre corps – ce qui vous permettra de rester équilibré. N’agissez pas, ne réagissez pas., vous vous donnez  ainsi la chance d’adopter la meilleure réponse à votre humeur du moment.

Vous pourrez éprouver du calme, une sorte d’acceptation ou de clarté à propos de ce qui se passe, maintenant… Voilà pourquoi cette prise de conscience est importante : elle vous donne l’opportunité d’avoir une vue d’ensemble sur ce que vous êtes en train de faire ou ressentez, de changer d’orientation ou de laisser les choses passer…

 

Il est important de faire cet exercice régulièrement : essayer de le pratiquer 10 fois ou plus chaque jour. Quand vous vous réveillez, avant de vous lever, quand vous êtes lavé et habillé, après le petit déjeuner, avant de démarrer votre voiture, avant d’allumer la télé,… Vous pouvez programmer des alarmes sur votre téléphone portable afin de prévoir ces temps de pause. Cet exercice est particulièrement utile dans les situations suivantes : au moment crucial d’un conflit, quand vous vous sentez inconfortable émotionnellement, quand vous avez envie d’allumer une cigarette, ou d’aller vers toute sorte de distraction.

 

Une pause en période de stress

 

Faire une pause dans ces moments peut vous éviter beaucoup de difficultés. Cela vous permet de voir les choses différemment et de ne pas rester coincé dans des réflexes ou habitudes stériles.

La limite de cet exercice est sa durée : vous ne pouvez le prolonger sans avoir recours à d’autres outils.

En réalité, si vous faites une pause trop longue, vous trouverez probablement que vous basculez dans autre chose et votre mental reprendra de plus belle. Mais si vous trouvez cet exercice bénéfique, vous pourriez avoir envie de passer 3 à 5 minutes (voire plus) pour l’exercice suivant : « Se connecter et se renforcer »…

 

Et vous ?!?! Avez-vous déjà expérimenté ce genre d’exercice ? Quels bénéfices en retirez-vous ?

 

* Texte librement inspiré de "Clarity ind Calm" - for Busy People - d'Ajahn Sucitto
No Comments

Post a Comment

Translate »
})(jQuery)