Top
Méditation et intoxicants - Stress et méditation
fade
4526
post-template-default,single,single-post,postid-4526,single-format-standard,eltd-core-1.0,flow-ver-1.0.1,eltd-smooth-scroll,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1300,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,eltd-dark-header,eltd-header-style-on-scroll,wpb-js-composer js-comp-ver-4.9.2,vc_responsive
Stress et méditation / Conseils  / Méditation et intoxicants

Méditation et intoxicants

La méditation peut vous permettre de lutter contre des intoxicants grâce à la prise de conscience de vos actes au quotidien… Explications.

 

Alcool, tabac, cannabis, somnifères, antidépresseurs, etc. Ces intoxicants nous rendent dépendant d’habitudes, de gestes et d’effets secondaires. Bien entendu, les traitements médicaux contre les dépendances ont leur pertinence (il ne s’agit pas de nier leur importance, ni leur nécessité). Cependant, la pratique de la méditation peut accompagner efficacement ces traitements, dans la mesure où il n’existe pas de contre-indication médicale.

 

Que se passe-t-il en vous ?

La méditation vous aide à fixer votre attention sur le moment présent : ce faisant, elle favorise la clarté de l’esprit en vous sortant de l’inconscience ordinaire, ce fameux pilote automatique que chacun utilise quotidiennement. Elle permet aussi d’être plus en phase avec vos pensées, émotions et sensations, d’instant en instant. Ainsi, vous entrez en contact direct avec ce qui se passe en vous.

 

En prenant conscience de votre comportement, petit à petit vous développez une certaine distance à l’égard de vos gestes, de vos habitudes, de vos manies… Un peu comme si vous étiez le témoin de ce qui se déroule. Vous apprenez à repérer ce qui vous incite à prendre une cigarette, à vous (re)servir un verre d’alcool, etc. Cette prise de conscience est la première étape – indispensable –  pou vous engager dans une remise en question comportementale. Pourquoi ai-je besoin de cela ? Quand ai-je envie de ce type d’intoxicant ? Dans quelles circonstances ?…

 

Ainsi plus attentif à votre manière de fonctionner, vous entrez dans une deuxième phase, tout aussi fondamentale : la prise de conscience des effets de ces « drogues ». Que se passe-t-il en moi après avoir consommé tel produit ? Que se passe-t-il quand j’ai – à nouveau – envie d’en prendre ? Qu’advient-il de mon comportement à l’égard d’autrui après avoir ingéré tel intoxicant ? Etc.

 

La troisième étape consiste à vous rendre compte de ce qui se passe quand vous reportez à plus tard la prise d’un intoxicant. Et si j’attendais ne serait-ce que 3 minutes avant d’en prendre ? Et si je réduisais un peu ma consommation pour voir comment je me sens ?…

 

A chaque étape, posez-vous la question suivante : quelles sont les pensées, émotions, et sensations dont je fais l’expérience à cet instant-là ?

 

Stress et dépendances

Dans des moments stressants, le recours aux intoxicants s’intensifie : on croit qu’ils vont nous aider à « passer le cap », à tenir le coup, à détresser. Si la sensation de soulagement est réelle au départ, les intoxicants ne vont qu’empirer le mal-être, en stressant le corps et l’esprit par leurs effets secondaires. Voilà pourquoi la meilleure façon de répondre au stress consiste à le regarder en face, à en faire l’expérience directe par l’extrême vigilance accordée aux sensations, émotions et pensées dans l’instant ; puis, à revenir à la respiration pour calmer le jeu…

 

La méditation nous aide à nous voir tels que nous sommes. A nous accepter, avec bienveillance. A reconnaître certaines addictions dont nous sommes parfois prisonniers. A voir les choses comme elles sont, avant d’y remédier…

 

Et vous ?!?! Comment avez-vous fait pour vous sortir de comportements addictifs ?

No Comments

Post a Comment

Translate »
})(jQuery)