Top
Les 3 "étages" de la respiration - Stress et méditation
fade
4193
post-template-default,single,single-post,postid-4193,single-format-standard,eltd-core-1.0,flow-ver-1.0.1,eltd-smooth-scroll,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1300,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,eltd-dark-header,eltd-header-style-on-scroll,wpb-js-composer js-comp-ver-4.9.2,vc_responsive
Stress et méditation / Conseils  / Les 3 « étages » de la respiration

Les 3 « étages » de la respiration

Automatique, naturelle, tellement discrète qu’on en vient presque à l’oublier. Et pourtant ! Prendre conscience de votre respiration vous permet de revenir ici, et de vous recentrer en cas de stress…

 

Ce petit filet d’air qui circule dans le corps nous maintient vivant. ll est indissociable de la vie : elle naît avec le souffle, et il disparaît avec elle. La respiration tient un rôle central dans la pratique de la méditation. Pourquoi ? Respirer est avant tout un processus physique : en prendre conscience vous ancre ici. Mais attention : cette prise de conscience ne signifie pas « penser à la respiration », mais sentir les sensations qui y sont associées et être attentif à l’évolution de leurs qualités…

 

Les 3 étages de la respiration

 

Suivons ensemble ce courant d’air dans notre corps…

 

Etage 1 – Sentez l’air se frayer un chemin par vos narines : frais à l’inspiration quand il pénètre, chaud à l’expiration après avoir circulé dans le corps. Il s’agit d’être attentif aux sensations du souffle au niveau du nez et de la gorge. Focalisez-vous sur cet « étage » – 2 ou 3 minutes – avant de poursuivre votre « exploration ».

 

Etage 2 – Ressentez la respiration au niveau du thorax : à l’inspiration, la cage thoracique se soulève pour laisser l’air pénétrer dans les poumons.  A l’expiration, elle s’abaisse quand l’air en ressort. Là encore, il s’agit d’expérimenter ce mouvement naturel, cette amplitude physique, sans vouloir la modifier.

 

Etage 3  – Prenez conscience de la respiration au niveau du ventre : à l’inspiration, le diaphragme se contracte et s’abaisse, les côtes flottantes s’écartent et le ventre se gonfle légèrement. A l’expiration, le diaphragme se relâche et remonte : l’air est mécaniquement chassé. Sentir ce mouvement de va et vient.

 

S’ancrer dans la respiration

Quand vous avez pris conscience de ces 3 étages, vous pouvez focaliser votre attention sur l’un d’eux, celui avec lequel vous êtes le plus « familier », le plus à l’aise. Constatez alors toutes les sensations induites par votre respiration, sans les cataloguer ou les nommer. Sensations corporelles, mais aussi les pensées et les émotions qui émergent. Et lorsque votre esprit s’évade – comme il le fera inévitablement ;-), félicitez-vous d’en prendre conscience (car vous êtes à nouveau présent !!) et revenez doucement, mais fermement sur votre point d’ancrage respiratoire.

 

 

Une solution anti-stress

Cet exercice, vous pouvez le faire n’importe où, à n’importe quel moment. Quand vous êtes stressé au travail, pris dans les embouteillages, au cours d’un échange houleux, etc. Le fait de revenir à la respiration calme votre mental : vous serez moins « pris » dans la valse des agents stressants. Vos pensées vont se calmer, votre corps se détendre, vos émotions s’apaiser. En prime, vous allez vous sentir vraiment vivant, physiquement !

 

Et vous ?!?! Quel « étage » respiratoire préférez-vous ? Avec lequel êtes-vous le plus à l’aise ?

 

No Comments

Post a Comment

Translate »
})(jQuery)