Top
Faites une seule chose à la fois ! - Stress et méditation
fade
4097
post-template-default,single,single-post,postid-4097,single-format-standard,eltd-core-1.0,flow-ver-1.0.1,eltd-smooth-scroll,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1300,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,eltd-dark-header,eltd-header-style-on-scroll,wpb-js-composer js-comp-ver-4.9.2,vc_responsive
Stress et méditation / Méditations  / Pratique formelle  / Faites une seule chose à la fois !

Faites une seule chose à la fois !

C’est dans l’air du temps d’affirmer que l’on peut faire plusieurs choses à la fois. Et c’est vrai… Mais est-on vraiment efficace ? 

 

En activité multitâches, ll y a forcément une partie de votre cerveau qui fonctionne en mode automatique (c’est-à-dire de manière inconsciente) pour permettre à une autre de réaliser une tâche de façon consciente.

Internet, les médias et les réseaux sociaux ont envahi notre quotidien. Notifications d’applications, d’emails, sonneries en tous genres… Beaucoup sont distraits par ces outils digitaux qui s’ajoutent notre tendance naturelle à la dispersion. Il en va de même avec la télé, la radio, etc. La société du divertissement (au sens premier du terme) bat son plein.

Résultat : on répond au téléphone en conduisant, on regarde la télévision en textant un sms, on parle à un ami en tapotant sur son ordinateur, on mange en écoutant la radio, etc. Ce n’est pas un mal en soi. Simplement, nos activités fragmentées divisent notre esprit, et affaiblissent notre capacité d’attention et de concentration.

 

Gardez l’esprit centré

Pour éviter la dispersion mentale et conserver l’esprit frais, faites qu’une seule chose à la fois ! C’est exactement le principe de la pratique formelle de la méditation, dans laquelle on choisit un point d’ancrage (ou de focalisation) pour y revenir à chaque fois que l’esprit s’évade… Ne faire qu’une seule chose revient à rester focalisé sur son point d’ancrage ! Dans la vie de tous les jours, on peut développer cette pratique. « Quand je mange, je mange »,« quand je marche, je marche »,… dit le sage. Pourtant me direz-vous, marcher se fait de manière naturelle. Et heureusement ! On oublie qu’il faut un an à un petit enfant pour y arriver. Et que marcher de façon automatique, sans faire attention, peut conduire à des chutes, des entorses, etc.

 

Faire attention…

Il ne s’agit pas de tout réapprendre, de vivre comme si vous ne saviez plus rien ! Mais de porter pleinement attention à ce que vous faites maintenant – en y accordant la plus grande attention. Laver une casserole, repeindre une mûr, conduire une voiture, jouer d’un instrument, faire l’amour, etc. prend une autre dimension. Laisser l’esprit disponible, attentif au présent, sans se laisser perturber par autre chose. Ce n’est pas facile, mais cela en vaut la peine 😉 Il suffit d’observer les petits enfants pour constater à quel point ils sont centrés sur une seule activité !! Nous, les « grands » enfants, avons oublié cette faculté.

 

Le stress, l’ennemi du centrage

Rester centré, au présent, c’est cela la présence. Certes, quand on est stressé, difficile de rester là : le cœur s’emballe, la respiration s’accélère, les pensées abondent, les émotions s’enflamment, etc. Dans le travail, on vous demande de faire « A » mais également « B ». Et puis « C » devenant plus urgent que « A »… Sans oublier la liste des autres choses à faire qui ne désemplit pas ! Comment faire avec ?

Et bien justement, revenez là, au présent. Pensez à prendre conscience de votre respiration, de vos pensées et émotions du moment, ressentez physiquement tout votre corps en mouvement. Si vous le pouvez, fermez les yeux pour pratiquer un STOP, et puis reprenez votre activité, une chose après l’autre. La présence, c’est tout simplement cela 😉

 

Résistez !

Comment faire si vous êtes débordé(e) de travail ?!?! Fixez des priorités, tenez-les et ne vous laissez pas distraire (remettez à plus tard la consultation de vos emails, des messages téléphoniques, des sms, etc.). Donnez-vous un temps pour faire chaque activité, et faites une petite pause entre chacune. Par exemple, vous pouvez découper votre travail en 40/45 minutes correspondant au temps moyen de concentration. Cette « découpe temporelle » permet d’avancer, tout en réduisant le stress…

 

Et vous ?!?! Comment arrivez-vous à rester concentré sur une activité malgré les (nombreuses) distractions ?

No Comments

Post a Comment

Translate »
})(jQuery)